Posted in Ecosse Grande-Bretagne Voyages

Le West Highland Way, part 2 – dans les highlands

Le West Highland Way, part 2 – dans les highlands Posted on 7 juin 2016Leave a comment

Je vous avais laissé au nord du Loch Lomond, entrons véritablement dans les highlands.

Jour 4: Inverarnan /frolage de Crianlarich / Tryndum – 19,5 km

Bah rien de marquant. Je me suis levée, le soleil est là, je marche, je fais un stop barre chocolatée/noisette à l’embranchement qui va vers Crianlarich (qui fait faire un détour de 3 km) que je laisse de côté puis je m’enfonce dans la partie boisée pour effectuer les 10 km restant.

Première arrivée au camping, je prends mon temps, je m’installe, puis je vais faire des courses (ravito chocolat) et repérage des horaires d’ouverture pour choper un truc à manger pour le déjeuner avant le départ du lendemain.
Louisa, la hollandaise arrive après moi. En fait elle est allée à Crianlarich, a vu un train, et épuisée de la veille, elle est montée dedans. Elle a eu bien raison car le jour 5 c’est LE long jour du trek.
Il a fait super beau.

Jour 5 : Tryndum /Bridge of Orchy/ Kingshouse – 32 km

Le premier segment c’est 11,5km très plat. Halte à Bridge of Orchy, histoire de prendre un thé au seul hotel/bar du coin. Après je sais qu’il y aura 3 montées.

Si c’est une longue étape c’est aussi le jour le plus chaud! Ça tape! Évidemment j’ai oublié ma crème solaire, ce qui au départ m’a peu embêtée « je vais en Écosse ».

La route continue sur une partie goudronnée et sur un hammeau Inveroran où tout le monde fait sa halte. Pour moi il est trop tôt pour manger, je continue. Bon pas la plus brillante idée car ça ne sera pas facile de trouver un coin à l’ombre pour se reposer! Je me décide à ce que j’estime une des dernières zones d’ombre que je pourrais trouver.

Après ça va être ça, un beau paysage des highlands :

highlands

Très loooooongtemps! c’est beau mais c’est looooooong.

Sur ma carte j’avise la dernière montée pour donner le coup de collier. Arrivée en haut, repos. Avant la lente descente vers Kingshouse. Que je finis par voir au loin, puis plus voir. C’est le moment où sur mon chemin une pencarte indique « super camping/bungalow de la mort avec douche et cuisine » (en résumé). Je suis encore à 2km de mon objectif, je ne me tate pas trop, tout km parcouru est à faire en moins le lendemain, même si je crame bien là au soleil. Enfin Kingshouse, petit hôtel qu’il faut réserver bien un an à l’avance, avec pub où tout plein de cars de touristes s’arrête apparemment. Une institution sans doute. La pancarte alléchante du camping 2km plus haut prend son sens : le camping à Kingshouse est un camping sauvage autorisé derrière l’hôtel. Qu’importe j’ai un pub! Ce soir ce sera toilettage improvisé.
J’étais tellement fatiguée et surtout assoiffée que je suis passée devant des biches qui tournaient autour de l’hôtel que je n’ai même pas pensé à les prendre en photo.

Installation directe pour la nuit, au bord du cours d’eau.

West highland way 34
Il fait toujours très chaud!!

Jour 6 : Kingshouse/ Kinlochleven – 13 km

Ok c’est une petite étape mais qui dès 5 km grimpe avec le Devil’s staircase … tout un programme. Un bon petit dénivelé d’environ 300m sur moins de 2km. Tout en lacets. Au final j’arrive en haut en disant « quoiiiiiiii c’est tout? pas bien terrible!! » . Oui bon je me la pète un peu, le sac est un poil moins lourd et les jambes ont maintenant l’habitude. Et surtout moi j’ai mon sac (attendre la fin de l’article pour comprendre cette remarque).

Descente vers Kinlochleven, c’est une journée un peu ras le bol. Juste envie de me poser.

West highland way 39

Je vous ai dit que le soleil était encore en train de me cramer? D’ailleurs arrivée au camping je tente de trouver une place à l’ombre. Il faut se résoudre, le soleil on va l’avoir jusqu’au coucher vers 22h.

A Kinlochleven il y a une épicerie, j’en profite pour acheter une salade oeuf-oignon-mayo comme seuls les anglais savent faire pour accompagner mon dernier lyophilisé (je vide le sac), des fruits, un paquet de cigarette (oh c’est bon! une cigarette avec la bière en fin de marche = jouissance absolue) et de quoi manger le lendemain, dernier jour.

Jour 7 : Kinlochleven / Fort William – 24 km

(enfin je crois, ma montre sera à cours de batterie à 14 km, puis l’autre GPS indiquera 8 km jusqu’à l’auberge, et il restera 4 km jusqu’au terminus soit 26!!)

Pour ce dernier jour on sert les fesses, va -t-il faire beau? Ouiiii méga soleil encore.
Je prends le chemin avec Louisa la hollandaise, en fait ça passe vachement plus vite, même dans la première montée, où nous croisons des français super aimables genre « nous parlez pas on ne vous connait pas » et qui par la suite viendront me pourrir cette photo de maison abandonnée:

West highland way 44
Situation : je suis arrêtée en plein milieu du chemin, il n’y a personne devant , je suis avec l’appareil en train de viser et là le quatuor frenchie ne s’arrête pas et me dépasse, passant devant l’objectif! j’ai attendu qu’ils ne soient qu’un seul petit point.

Que peut on attendre de gens qui se trimballent avec un sweat étendard « JMJ, congrégation de Versailles, Dieu est avec toi » (mais pas l’amabilité apparemment)

Avec Louisa on se fait ensuite la dernière pause dej en hauteur avec vue sur le Ben Nevis. On sait c’est bientôt fini.
Mélange de hâte et de « on voudrait que ça continue un peu ».

West highland way 41

West highland way 40
Fort William est à 10 km, ce n’est plus que descente.

On va s’arrêter avant, elle au camping, moi à l’auberge de jeunesse, il nous reste 4km pour arriver au terminus.
Arrivée à l’auberge, je pose mon sac et véridique il se met (enfin) à pleuvoir, le temps que je prenne ma douche.

Quand je décide de finir les 4 km le soleil est revenu! Chanceuse? Par contre la température a perdu quelques degrés.
Et THE photo : le finish avec la statue du mec qui en a enlevé une chaussure.

West highland way 42
J’ai tenu à faire la photo avec le t-shirt qui a caractérisé mes deux aboutissements du moi de mai 2016 : ce trek et le triathlon d’Aix.

Tellement fière d’avoir parcouru ces 154 km que je lui embrasse le crane!

West highland way 43
Le lendemain je devais aviser avec la météo pour savoir si je grimpais le Ben Nevis : Froid et pluvieux, je me suis enfuie vers Glasgow!

Mon avis

Mon ressenti sur ce trek. Bien car il a fait un temps de dingue! 7 jours non stop de soleil. En Écosse, qui l’eut cru? En plus période de mai, non encore envahie par les midges, petits moucherons volants suceurs de sang!

Un bémol… l’immersion dans la nature n’est pas totale. Si on comprend bien la nécessité de croiser des routes, c’est l’omniprésence au loin du bruit des camions et voitures. Bref pas vraiment la sensation de me « perdre ». Au point que j’en ai regretté de porter mon sac à dos. En effet beaucoup ont choisi l’option « transport de bagage », un forfait (infos ici ) qui permet l’acheminement, même dans les campings et même à Kingshouse de vos affaires. Même certains qui campaient l’ont fait. Je pense que si il avait plu j’aurais encore plus regretté de ne pas trouver à l’arrivée des affaires sèches. Seulement 45£.. franchement y a pas à hésiter. Limite je le conseille. Et si il fait beau le camping, même payant (tous à 8£, sauf le premier et Kingshouse) sont sympas.

Côté paysage c’était beau certes,  mais moins spectaculaire que ce que j’avais prévu. J’ai mis cela sur le compte du beau temps. Et oui pas de brume, ni de ciel tourmenté.

L’écosse serait elle plus belle dépressive?

J’ai adoré les écossais et je compte bien revenir faire un road trip le long de la côte.. l’année prochaine?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *