Posted in Vrac

Introspection en Suédie

Introspection en Suédie Posted on 6 août 20138 Comments

J’avais donc annoncé mon petit trip suédois… j’étais ambitieuse… partir 2 semaines dans un trou paumé de Suède à marcher… Confiante dans mes capacités d’isolement. Après tout ces derniers temps j’angoissais de devenir une solitaire alors autant mettre à profit cet état.

Et bien ce petit trip a été révélateur. Je ne suis pas une vraie solitaire. Une solitaire des villes certes, qui arrive toujours à s’occuper… mais certainement une solitaire des endroits désertiques. Trop de solitude tue la solitude.

Bon en vrai que s’est il passé? Non parce que pour info je suis rentrée avant la fin des deux semaines.

D’abord ce fut 4 jours de beaux temps dans un endroit très très très désert. Et en gros si j’ai croisé au max 4-5 personnes par jour c’est bien tout. Au bout d’un moment j’avoue en avoir eu marre de papoter toute seule dans ma tête.

Puis le cinquième jour vint le mauvais temps : pluie et vent à décorner des bœufs. Et des douleurs à la cheville (classico tendon d’achille gauche) et au genou (bonne chute).  Et là on rentre dans un cercle vicieux : le temps tape sur le système, les douleurs du coup s’amplifient encore plus, la solitude pèse et le moral chute. En gros le plaisir s’en va.

Et moi quand il n’y a plus de plaisir…

Bref ce cinquième jour de marche j’ai enquillé 19 km sans m’arrêter assez rapidement (sac à dos compris) histoire d’abréger au plus rapide cette journée d’enfer. Arrivée au point de chute, un hélico…. c’est la liaison qui permet de faire les derniers 60 km par les airs (j’en ai déjà parcouru 82). Pur moment de réflexion, j’ai demandé la météo prévisionnelle : pas encourageante. Les gens me disent qu’il y a beaucoup de gués à passer encore, j’aime pas ça, que c’est euh comment dire bine courageux de faire ça seule etc…

Il ne m’en faut pas plus, je réserve l’hélico pour le lendemain. Au matin, quelques scrupules, l’endroit est charmant (j’y reviendrais dans les posts suivants), je pourrais me reposer un jour et repartir… et là en me levant : THE douleur à un muscle du mollet droit… douleur qui persistera bien 5 jours. Donc en gros si j’avais du finir (si j’avais pu finir) ce trip , autant dire que pas de sport pour le mois qui suivait.

Au final aucun regret d’avoir arrêté. J’ai vu de beaux endroits (pleins de photos à trier), j’ai bien profité, mais j’ai atteint mes limites de la solitude. Même pas eu envie de vagabonder par ci par là, je suis remontée sur Kiruna, changé mes billets d’avion et hop rentrage maison.

ET PUIS EN VRAI J’EN POUVAIS PLUS DES MOUSTIQUES : entre 30 et 40 piqures!

Me revoilà de retour avec un énorme besoin de sociabilisation! 🙂

 [Petite mise à jour : je parle là de voyager seule dans un endroit désertique… problème que je n’avais pas rencontré en parcourant seule l’Argentine pendant un mois]

Et vous ça vous tente la solitude??

 

Ps : il est intéressant à terme de se rendre compte à qui on se met à penser perdu au milieu de nulle part….

 

8 comments

  1. Je ne pense pas non plus être une grande solitaire… J’aimerais, une fois , partir seule, mais je n’ai pas franchi le pas jusqu’à présent, j’ai peur de vivre mal cette expérience.
    Tu as eu des contractures ? :/ aïe aïe aïe, ça a été mon lot pendant tout le début du mois de juillet, à cause d’une grosse anémie!
    Ce n’était pas un simple séjour en Suède, mais aussi un petit voyage d’introspection,tu auras beaucoup appris sur toi-même hihi ^^

    1. hé hé … ça je vais le garder pour moi …
      apprendre à parler mouton pourquoi pas, mais ça n’aurait servi à rien! y a que des rennes par ci par là 🙂

  2. C’est toujours intéressant de pouvoir faire ce genre de trip, ça te permet VRAIMENT de savoir ce que tu veux et de pas passer ton temps à te dire « et si »… 🙂

  3. Bonsoir,
    j’ai lu votre périple en Suède et une partie de votre aventure en Argentine.
    Comment expliquez-vous la différence de « résultats » entre ces 2 voyages? Vous auriez très bien pu ne rencontrer personne les 1ers jours en Argentine, est-ce que vous pensez que vous auriez alors tout aussi bien vécu ce séjour ou la solitude se serait-elle manifestée comme en Suède?
    Je m’explique, je vais avoir 30 ans cette année, je sors d’une relation de 8 années, je ressens le besoin de « changer d’air », le besoin de faire « quelque chose » de spéciale de ma vie. Je pense notamment à voyager, quelques semaines, quelques mois, voire 1 an ou plus! Les moyens financiers ne seraient pas un problème, ni d’ailleurs mon travail lors de mon éventuel retour. J’avoue toutefois avoir une peur bleue de me retrouver seul et de me sentir encore plus seul que je le suis aujourd’hui. Je maîtrise parfaitement l’allemand et donc le français, but my « English » is very bad (niveau scolaire jamais pratiqué). C’est d’ailleurs je pense la langue qui me freine le plus, ne pas savoir comment aborder les personnes que l’on croise, ne pas savoir quoi leur dire, etc… bref, j’ai la frousse et j’aurais aimé savoir votre avis sur mon appréhension. Est-elle justifiée? Est-ce que les rencontres se font « automatiquement » comme beaucoup de personnes semblent le sous-entendre… Je suis quelqu’un de très sociable (trop d’ailleurs pour certaines personnes de mon entourage) et la solitude me déprime. Que pensez-vous? Dois-je me lancer? Dans quel pays? Je commence « doucement » en Europe, genre Islande, Irlande ou carrément à l’aventure en Australie (mon rêve)? J’ai pas envie de me retrouver seul à ne pas savoir quoi faire de mes journées mise à part aller d’un point A à un point B… Merci par avance pour votre avis/vos conseils! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *