Posted in Forme & Bien-Etre Sport

Half Ironman du pays d’Aix (ou presque)

Half Ironman du pays d’Aix (ou presque) Posted on 3 mai 2016Leave a comment

Ce dimanche se tenait la cinquième édition du Half Ironman du Pays d’Aix, épreuve à laquelle je m’étais inscrite depuis l’année dernière déjà. Sur un coup de tête sans doute car franchement plus ce 1er mai approchait et plus le stress montait.

Pourquoi donc, vu que j’avais déjà deux half ironman finis à mon actif (Anvers et Cambrai). Peut être parce que ces derniers avaient un tracé plat au niveau du vélo.

Car il est là le problème, je ne suis toujours pas à l’aise avec les vélos, même si j’en ai trois et même si maintenant j’essaye de l’utiliser au quotidien dans mes déplacements. Les descentes me font peur , m’accrocher à des pédales me tétanise (je suis d’ailleurs repasser à des cale-pieds), et les montées , ben il faut pratiquer , et pratiquer et re pratiquer.

Et donc là pour Aix le tracé ne s’annonce pas de tout repos avec le passage d’un « petit » col.

parcours

J’avais choisi aussi car la natation se fait dans le lac de Peyrolles et non en mer, évitant ainsi les aléas de cette dernière (genre beaucoup de houle)… apparemment ce ne fut pas une valeur sure, je vais y revenir.

Et je craignais aussi deux autres aléas : la pluie et le vent. Donc focus sur la météo depuis lundi dernier. Va-t-il pleuvoir, va-t-il y avoir du mistral, ne risque-t-il pas de faire trop chaud (on se rappelle mon coup de chaud à Francfort)? Bref vu la fiabilité de nos météorologues seul le jour J nous le dira.

Arrivée en début d’après midi à Aix en Provence, je file retirer mon dossard. Je suis arrivée assez tôt car sur ce genre d’épreuve la logistique peut être très compliquée :

  • retrait des dossards avant samedi 14h
  • dépôt des vélos le samedi entre 13 et 19h au lac de Peyrolles … à une quinzaine de kilomètres d’Aix avec le sac de transition natation-vélo (autant dire qu’il ne faut pas se louper), ils y passeront la nuit
  • dépôt des affaires de running le samedi dans le deuxième parc à vélo

Bon en gros le jour de l’épreuve tu arrives en trifonction , la combinaison sous le bras. Limite en tong pour certains.

Il fait beau, le samedi je déjeune en terrasse.. je les vois passer les acharnés, faire leur footing bardés de vêtements labellisés Ironman, tatouage du numéro de dossard déjà en place, moi je me dis « ah oui.. ils sont où au fait? »… freestyle..

Freestyle qui se retrouve dans l’organisation de mes affaires. Comme j’avais décidé de mettre des cales-pieds j’allais rouler direct avec mes running. Donc adieu mes running qui sont partis dans le sac de transition natation-vélo (là je me suis maudite de ne pas avoir pris mon autre paire, car ile ne me restait plus que mes baskets streetwear pour me rendre au lac le lendemain, imagine je serais venue en bottine!).

Autre problème qui s’est annoncé : aucune météo ne disait vraiment la même chose, mais toutes convergeaient vers un point , il y allait avoir du vent frais voir froid, la pluie restait en suspens. Mon coach en sucre me demande si j’ai une veste coupe vent déperlante pour le vélo.. euh .. non.. du coup je lui montre ce que j’ai : un coupe vent merdique, des manchettes skin, une veste Lorna Jane.. mouais (sauf pour les manchettes). Il faut savoir que mon haut de triathlon ne couvre pas grand chose. Et là éclair de génie, la veste que j’ai pris pour le we est en fait une veste pour le vélo/vtt Gore Bike Wear, mais que je porte comme ça tellement je la trouve belle. L’avis de mon coach tout miel est tranché : c’est cette veste qu’il faut prendre. Sachez que du coup j’allais être repérable avec une veste … camouflée! oui oui .. au moins je faisais compétition avec un triathlète que j’ai vu passé , sponso par l’armée de terre, en camouflage lui aussi. Adieu ma veste pour la soirée aussi, partie avec mes running… un peu plus et je vais me retrouver à oilpé. Heureusement il y a la combinaison dans laquelle je rentre toujours :

 

Une photo publiée par Frogita (@frogita) le

Samedi soir, je me tatoue, j’immortalise :  

Une photo publiée par Frogita (@frogita) le

Et je suis sérieuse, je me couche tôt, je m’endors vite.. sauf qu’à 2h45 me voilà réveillée. Impossible de me rendormir, ou seulement par a coup. Le stress gagne. A 4h55 le réveil sonne, je m’habille rapidement (oui on se rappelle on n’a pas grand chose à se mettre, tout est dans les sacs), ouvre la fenêtre et lance « bordel sa mère il fait froid ». J’ai oublié mon survêt! Du coup je pars en jeans chopper la navette qui nous emmène au lac. Apparemment je ne suis pas un cas isolé d’improvisation à ce que vois.

Au passage nous croisons les fêtards qui rentrent et qui bizarrement sont pour certains assez agressifs dans leurs remarques. Est ce qu’on juge leurs mines défaites par la cigarette et l’alcool, non? Un mec du Stade Français essaye la provoque en affichant clairement sa trifonction labellisé Paris, espérant certainement tomber sur des supporters de l’OM… il est jeune on va essayer de lui pardonner.

Le bus arrive juste après 6h au lac dePeyrolle, le départ est à 7h40 (enfin je crois). On nous autorise à rester au chaud dans le bus. Il fait vraiment froid. Au bout d’un moment beaucoup reviennent avec leur sac vélo.. Là ça pue.. et à raison :

NATATION ANNULEE

L’explication que j’aurais par la suite « Température de l’eau très basse (moins de 14° et un vent froid faisant un ressenti à -3°), donc on évite le risque d’hypothermie.

Toutes les émotions y passent : les gens qui râlent (bizarrement les français), les gens qui ont presque l’air soulagé, les gens résignés qui se disent qu’ils ont probablement raison.

A ce moment là j’envisage sérieusement de ne pas prendre le départ et d’invoquer cette fausse excuse pour me défiler du vélo « non mais tu vois c’est pas un vrai half ironman alors à quoi bon? ». Et puis je réfléchis : comment je vais faire pour rentrer sur Aix?? En vélo! sauf que je ne connais pas le chemin. Pas le choix. Et puis fais ce que tu peux et tu verras.

J’y suis donc allée. Plus de 2100 personnes à faire partir en vélo, on est donc échelonné par numéro de dossard. Avec mon 592 j’ai la chance de partir dans la deuxième vague.

Si au départ il ne fait pas encore beau, le ciel va peu à peu se dégager. Cette photo suivante témoigne de mon envie de partir :

velo

Allez fais pas la gueule! Le soleil va sortir! et il y a juste 90km. Et après une pause pipi je retrouve le sourire.

Capture 6

Capture1

Le vent est là ,mais moins terrible que ce que je pensais. Un triathlon ayant le label commercial Ironman (oui c’est marketing) c’est cher certes, mais au moins les routes sont fermées aux voiture (ça se paye ce genre de choses) et pour la première fois en descente je n’ai pas trop peur, je me laisse aller et désacralise un peu le binz. Je regrette de ne pas avoir mon tel, le paysage est juste magnifique.

Arrivée en bas du col, je passe sur ce qu’il y a de petit en plateau, je me dis que vais mouliner … et vlan je déraille. Pied à terre. C’est pentu. Un monsieur devant moi pousse son vélo, je fais pareil sur quelques mètres (ok plus que quelques). Je commence à sentir un mal de hanche.  Je remonte, plus que 20 kil.

L’arrivée dans Aix : tu crois que tu arrives, et non! encore tour et détour, je peste je râle, c’est que je suis encore en forme!

Enfin le parc à vélo, je me fais enguirlander j’ai fait 5 m de trop sur mon vélo. Je le file aux bénévoles, j’enlève la veste et les manchettes Skin (que j’ai bien apprécié durant le vélo), et hop c’est parti pour 21,1 km de course à pied.

Capture 2(on est loin de la triathlète sèche, hein??)

D’abord une descente puis comme dirait Sonia « une petite cote de batard », les gens marchent, moi aussi car ma hanche me fait souffrir. un premier ravito et là je tombe sur la douce Delphine de Oh My Tri qui est sur son troisième tour (car il s’agit d’effectuer 3 tours de 7 km). On court ensemble, Delphine m’impose un rythme, me donne des indications sur le parcours et des 2 autres ravitos. Puis sur le court Mirabeau je la laisse filer vers sa victoire et garde le rythme sur lequel elle m’a positionnée. Finalement c’est grâce à elle que je vais réussir à boucler ce semi en 2h08, je sais que j pouvais faire mieux, mais après 90km de vélo que demande le peuple?

Capture 4Capture 3

Au final très heureuse de passer cette ligne d’arrivée et être finisher!

On fait notre photo de finisheuses avec Delphine  :

final

On pense déjà au prochain… rendez vous en aout…

Mon équipement thématique bleue :

aix 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *